AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Perte de contrôle – PV Oprah

Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron A. Lannon

avatar

— PSEUDOs : Aaron
— HIBOUX ENVOYÉS : 72
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— AVATAR : Hunter Parrish

— ÂGE DU PERSO : 17 ans
— AMOUREUSEMENT : Célibataire
— PATRONUS : Un Ours

MessageSujet: Perte de contrôle – PV Oprah   Lun 16 Juin - 14:28

Aaron fixait pensivement les lignes obscures de son Traité sur les règles implicites d’Alchimie. Les devoirs s’accumulaient déjà, et les professeurs étaient décidés à ne faire aucun cadeau pour préparer leurs ouailles à leurs examens finaux. C’était dans ce genre de moment qu’il regrettait d’avoir pris autant de cours pour les ASPICs, lui qui ne savait pas quoi faire l’année prochaine. Le bon sens lui indiquait de gagner les faveurs de son père pour reprendre peu à peu la direction du journal ou de tenter de faire une brillante carrière au Ministère, au Département de la Justice, de la Coopération Magique, ou peut-être des Mystères. Lui, aspirait d’avantage à un poste excitant ou dangereux, comme Briseur de Runes, joueur de Quidditch professionnel ou membre de la Brigade Magique. Ce genre d’orientations professionnelles n’étaient ni reconnues, ni encouragées par sa famille.

C’était le week end et la plupart des élèves étaient sortis, profitant d’une belle journée comme il n’y en avait pas si souvent à Poudlard. Morose, Aaron avait décidé de boucler une partie de ses devoirs pour la semaine le plus tôt possible, afin de pouvoir avoir des soirées plus légères quand il devait assurer un entraînement de Quidditch. Seulement, entre la dissertation de potion de deux rouleaux de parchemin minimum, les exercices pratiques de métamorphose et les traductions à faire en runes, le Serpentard avait vraiment impression de ne pas voir le bout de son labeur, alors que ses amis profitaient tranquillement de Pré-Au-Lard. Bon, s’il s’y mettait, il aurait peut-être fini sa dissertation dans deux bonnes heures. Il resterait alors une partie raisonnable de l’après-midi pour sortir. Bref, il n’y avait plus qu’à.

Le soleil était déjà bien bas quand Aaron ouvrit enfin les lourdes portes du hall d’entrée pour profiter de son « après-midi ». « Voilà ce qu’on gagne à travailler honnêtement », marmonna-t-il, rageur. La prochaine fois, il irait plutôt pomper les réponses sur une Serdaigle, et ce serait torché. Passons. Après une journée aussi ennuyante, le jeune homme ne voyait qu’une solution : prendre son balai et voler, faire le tour du parc à toute vitesse et profiter de la vue imprenable qu’il aurait sur le château, surtout à cette heure-ci, où le soleil commençait à vouloir se barrer à l’horizon. Des groupes d’élèves rentraient déjà, piaillant comme s’ils n’avaient jamais eu autant de choses à se dire. Absurde. Le gallois n’attendit pas plus pour chevaucher son balai et décoller avec puissance. Le vent frais lui fouettait le visage et entrait dans ses poumons, libérateur, tandis qu’il prenait de l’altitude. De là-haut, il avait l’impression d’être libre, de ne pas avoir de limites, d’être un dragon.

Aaron passa devant les fenêtres ouvertes de la tour nord et prit un virage serré, décidant soudainement de faire un détour par le lac. Il venait, en réalité, de voir une silhouette solitaire au niveau du pont suspendu, et son instinct lui disait qu’il s’agissait d’une fille. Une demoiselle admirative contemplant seule un soleil se couchant au loin ? Il se devait d’agir, impératif moral. Sauf si c’était un thon, ce qui pourrait d’ailleurs expliquer sa solitude par une telle journée. Mais… il devait en avoir le cœur net. Son arrivée serait beaucoup moins romantique si la gente demoiselle le voyait arriver depuis son perchoir, aussi décida-t-il de se déplacer avec précaution.

La silhouette se dessinait avec de plus en plus de précision. Il s’agissait bien d’une jeune fille, aux jolies formes, et qui semblait porter les couleurs de Serpentard. Il la connaissait forcément alors. Seulement, le soleil, en face de lui, jouait un jeu bien vicieux, ne le laissant voir qu’une silhouette bien sombre, de dos, qui plus est. Aaron était à une quinzaine de mètres quand elle se retourna, dévoilant son visage au jeune homme curieux. Oprah ? Le Serpentard s’arrêta en pleine avancée, pris de surprise. Elle ne semblait pas surprise de le voir, elle. L’avait-elle repéré ? Elle avait l’habitude de le voir sortir pour voler, c’était peut-être ce qui expliquait son teint neutre et distant. L’arroseur arrosé, diraient certains. Il n’avait plus qu’à descendre et la saluer, comme si, peut-être, leur dispute de la semaine dernière n’avait finalement pas d’importance. Il n’avait quand même pas aimé le passage où elle l’avait comparé à un gorille coureur de jupon : moche, lourd et complètement inutile.  

Oprah se tenait là, froide et silencieuse, attendant de toute évidence qu’il se pose ou s’en aille. Le gallois, lui, en décida autrement. Il fonça sur son amie et la saisit fermement par les hanches alors que son balai continuait à filer devant eux, arrivant à pleine vitesse au passage où le pont laissait place à un vide de plusieurs dizaines de mètres, au-dessus des eaux orangées du lac. Il la sentit se débattre et perdre l’équilibre alors que le grand saut approchait dangereusement. « Monte ! », cria-t-il, maintenant la jeune fille à sa hauteur de manière à ce qu’elle n’ait qu’à enjamber le balai pour qu’ils retrouvent l’équilibre. Tout se passa ensuite très vite. Oprah parvint à prendre place devant Aaron, à sa grande surprise, hurlant des tas de trucs inaudibles, juste avant que le balais ne descende en piqué. « Redresse ! Vite ! », cria à nouveau Aaron, ayant perdu le contrôle du balai quand la Serpentard s’était mise devant lui. La jeune fille semblait terrorisée et était affreusement crispée, incapable de redresser un balais aussi lourd. Le gallois se serra contre son amie et profita de cette proximité pour passer ses bras à ses côtés, atteignant le manche du Nimbus 2001. L’eau se rapprochait pas mal, ils allaient probablement percuter dans une dizaine de secondes.

Aaron tira brutalement le manche du Nimbus, qui se redressa à temps, filant désormais à la surface du lac. Ouf. C’était peut-être pas la meilleure idée du monde, ça. Mais bon, quitte à faire une connerie, autant aller jusqu’au bout, et puisqu’il était certain que rester à vitesse constante dans une ligne droite laisserait le temps à sa congénère de reprendre ses esprits pour l’insulter de tous les noms et lui ordonner de descendre, voir tenter une connerie, le jeune homme prit l’initiative de remonter en chandelle, fonçant désormais vers le château. Il n’accepta de se poser que quelques minutes plus tard, sur ce qui semblait être le toit, à peu près plat, de la volière. Oprah fut la première à descendre du balai, suivie de près par Aaron, large sourire aux lèvres. « Bonjour Oprah, belle journée n’est-ce pas ? ». Elle allait se mettre en colère. Elle allait le traiter de tous les noms, lui dire qu’elle avait failli mourir à cause de lui, menacer de le tuer peut-être. Il le savait, il avait vu pire. « T’es fâchée ? ». Oui, elle allait l’étriper. « T’es belle quand t’es fâchée, Op’. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Perte de contrôle – PV Oprah
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Perte de contrôle [PV Karin]
» Roulotte et perte de chevaux.
» Perte des points en dextérité après Up
» Tout est sous contrôle
» Le contrôleur doit se réveiller [Royaume kinétiques]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNDESIRABLE ϟ n.1 ::  :: ϟ extérieur de poudlard :: Pont suspendu-
Sauter vers: